Newsletter

Portugal. Les élections législatives de janvier en 3 point-clés

Les élections législatives portugaises du 30 janvier dernier ont donné pour la première fois une majorité absolue au Parti Socialiste d’Antonio Costa, assurément le grand gagnant de ces législatives anticipées.

Cet article est à retrouver dans le numéro 14 de la newsletter « L’actu de l’Europe »

1. Antonio Costa, la success story d’un baron de la politique

Avocat de formation, Antonio Costa devient conseiller municipal de Lisbonne en 1982. Il gravit un à un tous les échelons (député en 1991, secrétaire d’Etat en 1995, ministre en 1998, maire en 2007) pour arriver enfin à la tête du pays en 2015, grâce notamment au soutien sans participation de la gauche radicale et des communistes. Pendant sept ans, l’ancien maire de Lisbonne n’a qu’une marge de manœuvre limitée pour diriger le pays, mais parvient néanmoins à redresser l’économie portugaise en lançant d’importants investissements et en bénéficiant de l’aide financière de l’Union européenne. Les quelques polémiques – comme celles sur les feux de forêts meurtriers de l’été 2017 – n’ont pas affecté sa forte popularité. Le refus des deux partis alliés de voter le budget de 2022 et la convocation d’élections anticipées portent donc seul aux manettes du pays le président du Parti Socialiste portugais.

2. Première percée de l’extrême-droite sur fond de dégagisme  

L’autre gagnant de ces législatives se nomme André Ventura, le leader du parti Chega (ça suffit en portugais), caractérisé par son conservatisme, ses positions anti-immigration et ses attaques régulières contre la communauté gitane du Portugal. Cette formation devient le troisième parti de l’Assemblée de la République, le parlement portugais. André Ventura se rapproche d’un Matteo Salvini par son côté populiste, ne manquant pas une occasion de cliver la société portugaise, et d’un Boris Johnson pour son aspect opportuniste, ses prises de position changeant progressivement (il y a quelques années, il condamnait la stigmatisation des minorités). Il a d’ailleurs profité de sa position de commentateur de football – à la manière d’un Pascal Praud entrant en politique – pour venir jouer les trouble-fêtes du milieu politique lusitanien. Il est à signaler aussi lors de ces élections législatives la percée du parti de centre-droit Initiative libérale, qui arrive en quatrième position derrière Chega.

3. Et maintenant ? Une politique qui mise avant tout sur la continuité

Le programme électoral d’Antonio Costa pour 2022 fut caractérisé par une rupture assumée vis-à-vis des deux autres partis de gauche, qui souhaitaient une politique beaucoup plus sociale. En effet, parmi les 12 priorités du candidat du PS, on trouve l’augmentation de la croissance du pays et des exportations ainsi que la réduction de la dette. Parmi les mesures sociales, l’accès aux soins des populations les plus éloignées du système de santé et la gratuité des crèches figurent en bonne place dans la profession de foi d’Antonio Costa. C’est donc une aile plus centriste et social-démocrate qui s’est imposée lors du renouvellement du Parlement portugais. Au niveau européen, l’accent est mis sur l’utilisation rigoureuse des fonds de l’Union Européenne prévus pour la relance postpandémie (Next Generation EU). Costa mise avant tout sur la continuité de sa politique et ne préconise donc pas de changements radicaux pour les politiques des institutions européennes. D’autant plus que le Portugal fut à la tête du Conseil de l’UE lors de la première moitié de 2021, et que les priorités étaient plutôt axées sur l’adaptation du plan de relance Next Generation EU. Concernant la politique étrangère, la priorité est également donnée à la constance. Si le Portugal ne dépend pas directement de la Russie pour le gaz et que le format Normandie (incluant la France et l’Allemagne) est privilégié pour la crise impliquant Moscou et Kiev, le gouvernement d’Antonio Costa se montre très prudent sur ses positions, ne voulant pas briser l’unité européenne que le ministre de la Défense, Joao Gomes Gravinho, place comme condition sine qua non pour influencer durablement sur ce conflit.

V.J.

Bibliographie

  • Antoniocosta2022.pt (2022) : « Boa Governaçao » [en ligne], consulté le 2 février 2022. (ressource en portugais) [Lien]
  • Lamant Ludovic (2020) : « André Ventura, le député qui veut réveiller l’extrême droite portugaise », Mediapart [en ligne], le 23 mai 2020. [Lien]
  • Lamant Ludovic (2022) : « Dans leur bastion de l’Alentejo, les communistes portugais résistent au déclin », Mediapart [en ligne], 29 janvier 2022 [Lien]
  • Lamant Ludovic (2022) : « Portugal : les socialistes triomphent, l’extrême droite grimpe », Mediapart [en ligne], 31 janvier 2022 [Lien]
  • Magnard Camille (2022) : « La revue de presse internationale – Les socialistes portugais gardent le pouvoir et conquièrent la majorité absolue », France Culture [en ligne], diffusé le 31 janvier 2022 [Lien]
  • Morel Sandrine (2022) : « Elections au Portugal : le premier ministre socialiste, Antonio Costa, prend sa revanche en obtenant la majorité absolue », Le Monde, 31 janvier 2022. [Lien]
  • Port Len (2022) : « Portugal and the Ukraine crisis », Expatica [en ligne], 24 janvier 2022 [Lien]

Crédit images : PES Com., Wikimédia

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s